Le piratage des articles de périodiques électroniques

Il y a plus d’un an, j’écoutais Richard Wallis interviewant JP Rangaswami. À une époque où la question du piratage occupe beaucoup les discussions en lien avec le monde numérique, une citation de Rangaswami m’a marqué durant l’entrevue :

« If you trying to create scarcity where there’s isn’t, you create opportunity for abundance. »

« When you create artificial scarcity, something else comes along to create an economy of abundance. » (19:20)

Il donne l’exemple de l’encodage régional pour les DVD, où aucune valeur n’est créée en voulant limiter la diffusion des DVD par région. En fait, ça donne un prétexte au piratage et à la création de logiciels pour contourner les protections. Si on compare avec l’industrie de la musique, les compagnies de disques continuaient de créer de la rareté où il n’y en avait pas en tentant de conserver le modèle économique de la vente de CD pendant que Napster répondait à un besoin d’échanger et d’obtention de la musique.

Je me pose donc la question pour les bibliothèques universitaires qui possèdent des ressources électroniques protégées, notamment les périodiques électroniques. En voulant créer une rareté sur ces ressources, les fournisseurs et les bibliothèques engendrent la création d’une offre de l’abondance. Il y a évidemment les dépôts institutionnels et les archives ouvertes qui offrent un plus grand accès. Cependant, qu’est-ce qui arrive si les étudiants, chercheurs et professeurs créent des environnements parallèles pour l’obtention des articles? Il est déjà trop tard, car ils existent.

Il y a quelques semaines, Jessamyn West a publié sur son blogue un exemple où quelqu’un a obtenu un article de périodique en publiant un statut sur Facebook demandant si quelqu’un y avait accès et pouvait lui envoyer une copie. En échange, la personne a offrait de faire un don à Médecins sans frontières. J’ai assisté à la même expérimentation l’année dernière quand Silvère Mercier a publié sur Twitter un message comme quoi il n’avait pas accès à un article qui l’intéressait et un peu plus tard il publiait ceci :

Certains affirmeront que ce sont des cas isolés, car ce sont des bibliothécaires qui ont accès à un réseau de leurs pairs pour répondre à ce type de besoin. Cependant, la croissance des réseaux sociaux et l’arrivée de nouveaux outils permettant un partage facile des références bibliographiques comme Zotero et Mendeley ne vont qu’accroître les possibilités d’échanger du contenu illicite.

Demandez-vous, qu’est-ce qui est plus simple pour un utilisateur, obtenir de son réseau un article de périodique ou faire la recherche dans les ressources électroniques de sa bibliothèque?

Comme le disait Rangaswami, si vous créez une pénurie artificielle, vous établissez des conditions pour créer de l’abondance.

Des études sur les SIGB libres

L’année dernière, j’avais noté la publication d’un rapport qui comparait le SIGB CDS/ISIS offert par l’UNESCO au SIGB libre Koha. Le document venait à la conclusion que Koha:

« démontre surtout qu’il existe une alternative viable pour les bibliothèques qui désirent accéder à un spectre plus large de fonctionnalités. »

Tristan Muller a publié une nouvelle analyse à l’été 2008. Cette étude comparait les SIGB libres Koha, Evergreen et PMB. Un élément intéressant de cette étude, c’est son évaluation de la communauté de développeurs derrière chacun de ces logiciels.

C’est une des différences entre les logiciels du FLOSS et les logiciels propriétaires. Un logiciel libre a une espérance de vie qui dépendra de la communauté de développeurs qui supporte le développement. Tandis que le cycle de vie d’un logiciel propriétaire dépendra de l’intérêt commercial du fournisseur à conserver son produit sur le marché.

La fin du support pour MultiLis en 2007 et DRA Classic en février 2009, ainsi que la fin du développement pour Horizon en 2010 sont des exemples de SIGB qui sont sous l’influence de l’intérêt commercial de l’entreprise et non de la communauté des développeurs.

De son côté, Marshall Breeding a publié un numéro complet de Library Technology Reports sur les SIGB libres. On y retrouve un chapitre sur le modèle économique de ces logiciels, dont notamment les entreprises qui offrent le service pour ceux-ci.

C’est une autre différence des SIGB libres. Contrairement à l’équivalent propriétaire qui est lié à une entreprise, les bibliothèques qui utilisent un SIGB libre peuvent changer de fournisseur en conservant le même logiciel. C’est donc la qualité du service offert qui est le facteur dans le choix du fournisseur.

Nouveau directeur pour les bibliothèques de l’Université de Montréal

Le communiqué que j’attendais depuis 2 mois (on m’avait glissé la rumeur à l’oreille 😉 ) est paru cet après-midi (il faut descendre au bas de la page).

La direction des bibliothèques de l’Université de Montréal a son nouveau directeur en la personne de Richard Dumont. M. Dumont était, jusqu’à la nomination, directeur de la Bibliothèque de l’École Polytechnique de Montréal.

Mon point de vue d’étudiant voit de bon augure cette nomination considérant les efforts entrepris dans l’offre de services depuis la construction de la nouvelle bibliothèque.

La toute récente bibliothèque de l’École Polytechnique Montréal incorpore un ensemble d’innovation intéressante pour son espace physique tandis que le site Web est une démonstration d’ergonomie, de simplicité et de compréhension hors pair.

Souhaitons bonne chance et la bienvenue à l’UdeM. 😀

Le catalogue des bibliothèques du Québec

J’ai découvert récemment dans le programme papier du congrès de la CORPO un nouveau catalogue qui promet d’effectuer une recherche fédérée dans l’ensemble des catalogues de bibliothèques participantes au Québec.

Le catalogue utilise le logiciel ZPORTAL d’OCLC. Vous pouvez consulter l’ensemble des caractéristiques du logiciel. Cependant, le temps d’attente avant l’affichage des résultats laisse croire que la plupart des bibliothèques sont interrogées via Z39.50.Ce qui rend l’opération longue et fastidieuse.

Évidemment, quelques éléments me dérangent.

1- On me demande de m’identifier après avoir lancé ma requête. L’opération me force de cliquer à nouveau sur recherche. Si je voulais m’identifier, je l’aurais fait avant de lancer ma recherche!

2- Les merveilles de la métarecherche combinée à la lenteur du Z39.50 donnent des résultats variables selon le premier catalogue qui répond. (Si par malheur, la Polytechnique répond la première à une requête pour Harry Potter, on obtient un titre qui commence avec: Steam charts : thermodynamic properties of steam)

3-Il n’y a pas toujours un lien vers le catalogue de la bibliothèque après la sélection d’une notice dans la liste des résultats. (Il faut probablement blâmer les OPAC qui ne permettent pas les liens permanents.) On doit donc effectuer une demande de PEB pour obtenir le document ou refaire la recherche dans le catalogue où le document se retrouve.

Donc, l’outil semble intéressant pour les bibliothécaires qui souhaitent faire du PEB et qui sont mal servis par leurs propres outils. Sinon, je vais continuer à utiliser WorldCat et parcourir les différents catalogues de bibliothèques auxquels j’ai accès sur le Web.

Défi aux bibliothèques du XXIe siècle

Je m’attarde présentement à la lecture d’un dossier sur les bibliothèques académiques britanniques produit par le quotidien Guardian et le JISC. Je n’ai pas tout lu et vous pourrez me faire part de vos découvertes personnelles si vous le lisez. Je me suis surtout intéressé à l »article Why a Wild West approach just won’t do qui mentionne notamment:

« By deciding to launch web-based resources or services, scholarly projects are moving from a relatively sheltered environment, operating at the pace of the academic enterprise, into one that operates at the speed of web commerce. It is a challenging new world. »

C’est selon moi le plus gros défi des bibliothèques académiques, mais de tout acabit aussi. Le Web joue dans les platebandes des bibliothèques depuis longtemps. Il faut repenser notre stratégie en considérant l’analyse SWOT qu’on nous enseigne à l’EBSI. Elle n’est définitivement pas aussi farfelue que certains de mes collègues pensent.

L’article poursuit en donnant des exemples européens pour contre cet effet de la compétition sur le Web. Notamment le Knowledge Exchange qui pourrait donner des idées aux institutions canadiennes qui se partagent les mêmes champs de compétences selon les régions.

Découvert via la liste Web4lib.

La bibliothèque de l’UQTR innove et rénove

Une collègue m’a pointé vers un article dans entête, le journal institutionnel de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Le texte présente les améliorations physiques ainsi que la nouvelle offre informatique que j’ai présentée plus tôt cette semaine.

Petit passage intéressant où on présente Metalib et Primo au grand public:

D’abord, nous ajouterons un métamoteur permettant la recherche simultanée dans plusieurs bases de données. Par la suite, nous mettrons à profit cet outil de métarecherche en lui superposant une interface de recherche intégrée, mais simple d’utilisation comme Google. Il sera alors possible d’accéder au catalogue de la Bibliothèque et aux bases de données à partir d’un portail de recherche unique.

Il faut préciser que le « portail de recherche unique » intègre l’OPAC avec les périodiques électroniques [SIC] et les bases de données sous deux onglets différents dans Primo. Sans insinuer que ce soit écrit dans l’article, il n’y a pas de recherche unique pour les deux silos documentaires.

Université du Québec choisit Primo

Un communiqué d’Ex Libris annonce que le réseau des UQ a choisi l’outil de découverte Primo. On se rappelle que les UQ ont remplacé leur SIGB Manitou par le produit Aleph d’Ex Libris l’été dernier.

Le communiqué indique les trois raisons qui ont motivé le choix:

  • Fonctionnalités de consortium (Essentielles pour un réseau de bibliothèques de 10 établissements.)
  • La boite de recherche unique (Les générations Y et Google sont habituées à un seul point d’entré pour trouver la réponse à toutes leurs questions.)
  • Les options d’interfaces multilingues (Considérant le contexte francophone du Québec et la clientèle internationale des universités.)

Le communiqué indique aussi que suite à Aleph et Primo, le système de métarecherche MetaLib serait le prochain produit dans les plans pour le réseau des UQ. MetaLib est notamment employé à l’Université de Montréal pour Maestro.

Via Library Technology Guides