Le catalogue ATRIUM: presque 24h/24h

Étudiant à l’Université de Montréal depuis plusieurs années, j’avais pris bonne note que le catalogue ATRIUM était inaccessible entre 1h et 5h du matin pour l’entretien du système.

J’étais heureux d’apprendre que la situation avait été corrigée cette année et qu’à l’avenir, l’entretien du système s’effectuait entre 1h et 1h10 le matin. C’est donc dire que le service est offert 23h50/24h!

Cette constatation peut sembler banale pour plusieurs. Cependant, le Web nous a habitué à un service 24h sans interruption pour la majorité des sites. Surtout parce qu’on ne peut pas prédire d’où viennent nos visiteurs et à quelle heure ils visitent. Les étudiants actuels de l’UdeM s’attendent au même service du catalogue de la bibliothèque qui n’est pour eux qu’un autre site Web. Si l’OPAC, qui est un des principaux points d’accès pour les étudiants, n’est pas disponible, ils iront où Google les amène.

Cependant, on doit noter que les ressources numériques sont offertes 24h/24h. Si on propose un nouvel outil de recherche pour remplacer l’OPAC classique, il faut tenir compte de la contrainte que l’OPAC peut imposer sur l’accès à certaines ressources. Cependant, le fait que les nouveaux outils de recherche proposent des résultats en fonction des accès disponibles, l’utilisateur obtient des résultats même si l’OPAC classique est en arrêt pour cause de gestion.

Maintenant, comment retrancher les minutes qui restent. ;)


Campagne promotionnelle à l’UQAM

De passage à l’UQÀM la semaine dernière pour le Colloque : Cultures libres, innovations en réseau, mon regard est tombé sur une affiche…

C’est en regardant de plus près qu’on s’aperçoit que l’affiche fait la promotion de la Bibliothèque des sciences de l’UQÀM.

Vous pouvez consulter l’ensemble des affiches de la campagne réalisée par Jimmy Pelchat, étudiant à l’École de design de l’UQÀM, pour le compte des bibliothèques de L’UQÀM. Elles sont très originales et méritent quelques minutes de votre temps.


OLPC: En vente bientôt!

Le projet "One Laptop Per Child" annonce finalement la vente au public de l’ordinateur portatif XO-1 destiné en préséance aux enfants des pays en voie de développement.

La vente doit commencer le 12 novembre aux États-Unis. Le prix sera de 399$. L’offre est simple, on paye pour deux appareils et on en obtient un, tandis que l’autre sera donné à un enfant dans le besoin. Il n’y a pas d’information à savoir si d’autres pays seront inclus dans l’offre de vente.

J’ai eu la chance d’essayer une version "bêta" de l’appareil en mai dernier. Je ne crois pas qu’il puisse remplacer un ordinateur traditionnel pour l’utilisateur moyen, mais il peut assurément servir comme premier ordinateur pour un enfant.

Peut-être que les bibliothèques publiques pourraient les prêter à leurs usagers à l’intérieur et à l’extérieur de leurs murs? S’il peut servir comme premier appareil pour un enfant, il peut certainement servir comme outil d’introduction à l’ordinateur pour les usagers de tout âge.


Marketing douteux

Michael Stephens et la liste Web4Lib en ont parlé.
Un concept paraissant douteux au premier coup d’œil ou encore de mauvais goût…

Si on lit plus loin que notre première réaction, on comprend mieux le concept derrière l’image. Les bibliothèques du Wyoming souhaitaient réaliser une campagne promotionnelle pour la base de données de manuels de réparation pour automobiles. Il faut donc s’adapter à son public et ainsi trouver une image pour capter l’attention d’un public non acquis aux bibliothèques. L’image est inspirée des garde-boues sur les poids lourds.

Le tout est la réalisation d’une agence de publicité.

Vous pouvez observer une utilisation de l’image sur une affiche promotionnelle.


Contourner les interdictions sur le clavardage

Un billet intéressant sur Bibliobsession 2.0 qui traîtent des interdictions sur le clavardage dans les bibliothèques. Bibliobsession crois que l’interdiction serait liée à une vision documentaire de l’Internet.

Je trouve intéressant d’apprendre que c’est une pratique répandu en France, de bloquer l’accès à ces services de communication, et quelle ne se limite pas à notre côté de l’océan. J’utilise Meebo à l’occasion parce que la Grande Bibliothèque bloque le clavardage sur son réseau, même sur l’accès public à l’Internet sans-fil pour les ordinateurs portables.

Impression d’écran de Meebo.com


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.